Aidants familiaux : génération de héros

 

Les aidants familiaux qui soutiennent un proche âgé ou malade représentent un soutien indéniable. Dans le dévouement, ces héros du quotidien ne comptent pas le temps qu’ils consacrent à leur proche dans le besoin, et sacrifient bien souvent leur vie personnelle au profit de la personne qu’ils aident. Focus sur ce rôle pas toujours évident à tenir. 


Aidants familiaux : un rôle primordial. 


En France, les aidants familiaux représentent pas moins de 11 millions de personnes, soit environ un français sur 6. Et pourtant, leur travail au quotidien pour la ou les personnes qu’ils aident n’est que trop peu exposé et quantifié. Rendre le quotidien d’un proche le plus doux possible n’est pas une mince affaire, et nécessite une organisation chronométrée, un emploi du temps cadré permettant de conjuguer vie personnelle et rôle d’aidant familial. 


Parmi ces Français dévoués à un proche, 58% sont des femmes, et 51% conjuguent vie professionnelle et rôle d’aidant. Et même si 66% des aidants familiaux estiment qu’il est difficile pour eux de poursuivre une activité professionnelle ou bien des loisirs en étant aidant familial, 77% éprouvent de la satisfaction et du plaisir à venir en aide à leur proche dans le besoin. 


En plus d’être un soutien moral, les aidants familiaux portent différentes casquettes : médecin, secrétaire, pense-bête, cuisto, psychologue. Ils rassemblent en une seule personne tout ce dont l’aidé a besoin au quotidien. Les aidants familiaux représentent ainsi un relais du personnel médical, indispensable pour la personne aidée. La place de ces personnes dans notre société est un sujet important car, de fait, il nous concerne tous, ou nous concernera tous un jour. 


Aidants familiaux : les secrets des héros. 


Être aidant signifie dégager du temps, la plupart du temps en plus de son activité professionnelle, de sa vie quotidienne, de son propre foyer. La place des aidants familiaux remet en question leur rôle au sein même de leur famille : comment demeurer des fils, des filles, des petits-enfants, des soeurs, des frères, lorsque les liens familiaux sont chamboulés par la nécessité d’apporter son aide ? 


Afin de tenter de retrouver un équilibre familial malgré ce rôle d’aidant, voici quelques suggestions pour adoucir le quotidien : 

 

  • Autant que vous le pouvez, maximisez les sorties : 10-15 minutes peuvent suffire à se sentir mieux, à maintenir un contact avec l’extérieur.
  • Faites participer votre proche aux tâches du quotidien lorsque cela est possible : essayez par exemple de confier une étape d’une recette de votre choix à la personne que vous aidez.
  • Sortez les vieux albums de famille : ce genre de moments en tête-à-tête sont ceux qui permettent le plus de découvrir votre histoire familiale et de s’offrir une parenthèse hors de ce quotidien d’aidant familial.
  • Lorsqu’il vous est difficile d’allier vie personnelle et rôle d’aidant familial, pensez aux Amis d’Hubert. Notre rôle est de ramener des moments de loisirs dans le quotidien des personnes aidées. Nos intervenants sont là pour partager avec vos proches des moments d’apprentissage, de découverte, de divertissement, de complicité lorsqu’il est difficile pour vous de le faire. Vous soulager dans ces tâches est important pour nous, et nous avons à coeur de provoquer les rencontres pour que chaque génération puisse s’épanouir sur les plans personnels et professionnels. 

 

Aidants familiaux : quand les souvenirs se créent


Si les aidants familiaux sont entièrement dévoués à la personne qu’ils aident, certains moments partagés avec l’aidant peuvent être synonymes de souvenirs. Partagez-nous votre plus beau moment en tant qu’aidant familial, car c’est aussi en s’en souvenant que le quotidien d’aidant est plus doux.